C’est pas toi. 

  T’as peur, c’est ça qui arrive. 

Tu le sais comme moi que ce que tu vien de dire n’a aucun sens. Que ses mots que tu vien d’écrire ce n’est pas toi. Tu le sais clairement que je le sais que tu le pense pas. Mais par orgueil c’est beaucoup plus facile de faire comme si rien était, de jouer au badboy qui ce fou de tout et juste ne pas répondre. 

Tu te cache derrière une attitude de garçons au dessu de ses affaires. Tu agis en fuckboy quand tu n’est aucunement un gars de la sorte. Tu t’es fait une carapace pis t’es pogner dedans. C’est triste parce que tout ça c’est pas toi. Enfin j’espère. 

 J’le sais qu’elle t’a briser cœur, qu’elle t’a mindfuck la tête et qu’elle est partie avec une part de toi. J’le sais que t’a mal pis qu’au fond sa feel pas fort fort. Mais s’il te plaît vien pas jouer au toff avec moi. Vien pas me faire accroire que t’es bien dans ce mode de vie la. Pis que s’te gars la c’est rendu ton “nouveau” toi. J’espère de tout cœur que tu n’est pas devenue ce garçons. 

Tu pensais pas pogner une débarque comme ça un jour dans ta vie, avoue. Est roff celle là j’le sais. Surtout quand tu sais pas où tu t’en vas. Mais c’est normale que tu te sente comme ça. On passe toute par là. Mais pour autant tourne pas le dos à ce que tu étais avant. Fais pas cette erreurs là. Pas parce qu’une à pas su reconnaître se que tu valais vraiment qu’il faut que tu change qui tu es. 

Tu le sais tu que tu vos plus que tout ça? Pis que des filles y’en a plein, pis je te jure que tu peux en trouver des bin mieux que celle qui t’a rendu où ce que tu es rendu aujourd’hui. Parce que tu mérite mieux que ce que tu vie présentement. Je trouve ça triste. Je te reconnais plus. Un gars avec autant d’intégrité, de respect pour les autres, de valeurs, de principe qui est en trin de ce perde parmis les autres. C’est pas toi. Remonte la la pente. S’pas facile mais je te jure que tu vas t’en sortir bin plus fort pis bin plus fière. 

C’est normale d’être perdu mais oublie pas qui tu es toi. 

Çava aller ma petite. 

  

Je te regarder aller et je le vois que cava pas. Tu vas d’un bord et de l’autre s’en trop savoir où ce que tu vas vraiment. Je le vois qu’il y a quelque chose qui cloche, que tu es perdu et que ton petit cœur sait pas trop où ce positionner. T’as un gros point d’interrogation d’étemper dans le visage. C’est vrai qu’à notre âge c’est dure trouver sa place, surtout “faire” sa place. On nous dit d’être nous, parce qu’on le sait très bien que c’est seulement nous qui vas choisir le déroulement de notre vie. Mais aujourd’hui, notre génération c’est comme un gros moule que tout le monde doit fitter dedans. On nous brainwash  le cerveau avec les réseaux sociaux et leur photos de shape, couples, life “Goals”. On stalk et après on envie du fictif. Pis la faut être bien dans notre peau, il faut accepter de ne pas avoir un corp parfait, que t’es amours ne ressemble pas à ses comptes Instagram et que ta vie n’a pas l’aire aussi palpitante que celle que tu vois sur Facebook. Alors oui je peux comprend ma petite que tu peux être déboussolé. Mais si je peux te dire une chose, t’es pas seul. 

Chacun de nous fini par vive un moment ruff, qu’on sait pu vraiment où nous en ligner. C’est plus dure pour certain mais je crois qu’on ne doit pas ce décourager. La vie nous envoie des embûches pour nous faire apprendre. Oui des fois c’est normale que nous trouvons dure d’être nous dans notre société généralisé. Mais il faut apprendre à s’aimer tel que nous sommes. Il n’y a pas de corp, de couple ou de vie meilleure que d’autre, nous avons chacun notre histoire. Alors nous ne pouvons pas juger par exemple qu’une relation est meilleure que la notre, parce que peut être que toi tu est célibataire par choix et cette fille que tu envie son couple ils passent leur temps à se chicanner. Il n’y a rien de parfait. 

Alors oui toi ma toute belle qui à le cœur gros et qui est mêler comme un jeux de carte, prend ton courage à deux main et fonce dans la vie. Tu es belle et tu mérite comme tout le monde d’être heureuse. Regarde toi dans le miroir et répète toi que tu n’es pas seul et qu’il faut être forte. Apprend à être bien avec toi même, à t’accepter comme tu es. Tu vas voir que la vie vas être beaucoup moin lourde à supporter! Tu vas voir, tu vas en raccontrer d’autre embûche mais dit toi qu’il sont mis sur ton chemin pour une raison. Accroche toi le plus beau des sourires au visage et regarde les gens fièrement parce que tu as de quoi être fière je t’en assure. Fonce ma belle tout vas bien aller..

Toi & moi. 

  “Ah pis d’la marde. Tu me prendras plus quand toi ça te chante.” 

Ouais je me suis souvent répéter ça dans mes moments que me sentais femme. Je te regarde aller, jouer au gars sensible qui a peur de ce faire niaiser. Au gars qui est trop pris par ses amis pis l’école. Parce que oui, toi tu me prend entre deux trois débauche avec tes chum ou entre les heures qui passe pour t’es études. Mais tsé tout ça c’est seulement parce que tu as peur, oui oui. La peur de l’attachement, la peur de ce faire faire mal, la peur de perdre ta routine de célibataire. Mais quand tu as besoin d’un brin de tendresse, que tu te sent un peu seul ou seulement d’une compagnie durant t’es lendemain d’veille c’est moi t’appel. Pis je suis toujours là. 

Pis si je te disais que je suis tanné d’être celle que tu prend sur le side quand t’a besoin d’attention. Que moi ce que je veux c’est être tout à toi. Genre pas juste une fois de temps en temps. Toujours. Je veux te montrer que tu peux me faire confiance et que ta vie vas pas changer du tout au tout! T’es amis tu vas les voir encore. Pis t’es études je vais être la quand tu vas avoir besoin de te changer les idées. Je veux pas être ta p’tite juste quand ça te tente. Mais j’veux pas non plus d’une routine et d’une histoire vieux jeux. Je veux qu’on aille du fun ensemble. Qu’on aille virer avec tes chum de gars comme aller souper avec mes amies. Je veux que tu parte une fin de semaine avec ta gang comme je veux pouvoir sortir avec les miens s’en qu’on soit ensemble. Je veux que se text qu’on hâte de ce voir. Parce que non on va pas avoir besoin d’être 24/24 ensemble. On vas avoir notre mode de vie à nous. Notre routine pas routine. Pis on vas être bien là dedans. Rien de trop compliquer pour ne pas ce prendre la tête. On va avoir quelque chose de simple parce que on va garder notre vie d’avant mais avec des petits plus. 

Je suis tanner de ne pas savoir où on s’en va et qu’est ce qu’on est. Ça me fâche quand le monde me demande comment sa l’avance et de pas savoir quoi répondre parce qu’on en parle juste jamais. J’aurais envie de t’en parler mais j’ai benne trop peur de te faire fuir avec mes sentiments de toute façons. 

Je te veux toi, je nous veux nous, ensemble. Tu le comprend tu ça? 

Pis toi? Tu y crois-tu? 

  Je mentirais si je disais que je n’est pas envie de partir te rejoindre chez toi. Je mentirais de dire que t’es regard non subtile me font pas de quoi, encore. Je mentirais aussi de dire que ça me fais pas chier te voir avec elle. Pis oui j’aime ça quand tu vien me donner tes becs de salut même  si je donne l’impression que je m’en fou, j’aime ça. J’aime ça quand t’es prêt de moi pis que je peux t’admirer de loin. Sa me rappel dans le temps que je pouvais te toucher pis me réveiller à tes côté. Parce que j’ai envie de ça, toi à côté de moi qui sait pas trop comment n’y pourquoi mais qui est la. Mais ça faut pas le dire trop fort. 

Pis pourquoi on ce laisserait pas une chance? Une vrai? Quitte à ce que sa ne fonctionne pas mais juste une petite pour dire qu’on a essayer? Parce qu’au fond on s’en est jamais vraiment laisser une pis pour être honnête moi ça me tente. Tu le sais comme moi que ça devrais être moi  qui est à sa place, à te flatter le dos avant de dormir et à t’attendre quand tu revien tard. Tu le sais comme moi qu tu pourais être  heureux. Mais je pense que t’as peur. Tu me vois agir quand même. La jeune adulte qui se fou de toute, qui vole libre comme un oiseau et qui n’a peur de rien. Effectivement je ne suis pas la plus mature en ville, je suis jalouse, je suis une fille sur le party, je suis pas toujours agréable à vivre non plus. Mais je pense qu’on a toute nos défauts pis ça changerais pas que je ferais du mieux que je peux pour te rendre heureux, pour te faire rire. Ça fait pas de moi une fille moin intelligente et en manque de jugement. Tsay j’ai quand même réussi à te faire sourire y’a un moment de ça. 

Des fois je me demande ce qu’on pourais être, genre qu’est ce qu’on serait à deux, ensemble. Je me met rêver pis je nous vois rire pis avancer dans vie ensemble. Et là je me souvien que t’as elle pis moi bin j’ai pris le bord… Tu sais quoi au fond de moi (bin profond) y’a une petite partie qui y crois encore que tu vas finir par t’ouvrire les yeux et te rendre contre qu’on est un chapitre incomplet. Que tu vas revenir me voir et tu vas nous la laisser s’te chance la! Mais j’aime mieux me dire que ça l’arriveras pas, comme ça je serai pas déçu. Même si je le suis déjà un peu..

 Au fond c’est bin plus facile faire comme si ça nous fesait rien non? Faire notre vie, rencontrer d’autre monde. S’en foutre, je suis bonne là dedans. Mais je me rend contre que ça me rend pas plus heureuse, pis les autres gars bin son pas plus intéressant en agissant comme ça. J’ai tellement l’aire de la fille accro, qui est in love avec une gars qui s’en fou. Ouais j’ai souvent penser arrêter pis décrocher de toi. Non je ne suis pas in love parce qu’on a jamais été plus loin voir si y’avais un plus. Mais oui je tien beaucoup à toi et non je ne suis pas capable de décrocher de toi, de nous. Parce que à chaque fois que je te vois j’ai cette émotion tellement forte qui m’envahit, j’ai juste le goût de te crier “HEY JE SUIS LA”! Tu me fais du bien pis même si il ne faut pas j’garde une ptite porte ouverte, une ptite espoir qu’on ce laisse une chance. 

Pis t’aime ça. 

  

Depuis le début que je te connais je crois que tu as compris que j’avais un faible pour toi. Pis t’en a profité. S’tu juste de l’attirance physique? Je le sais pas parce qu’on s’est jamais arrêté deux secondes pour ce le demander. On a jamais été plus loin que ça, que ce toucher. J’pense que t’étais bien dans ça. Ou pas. Mais t’as jamais été chercher plus, ça je le sais. J’te démontrais tu que moi aussi j’voulais pas plus? Tu croyais ça vraiment? Bin je t’apprend à l’instant que non c’était pas juste ça que je voulais. 

Tu m’as souvent revirer de bord parce que tu avais rencontrer quelqu’un d’autre, au fond j’étais juste celle qui occupait t’es nuits. Pis moi bin je continuais à rester après toi. Pis t’aimais ça. Crois tu que je ne te voyais pas me regarder au loin, ou faire exipres de venir discuter près de ou ce que j’étais? Sans parler de t’es approche plus ou moin subtile et t’es bec sur les joues un peux trop intime. Tu jouais une p’tite game. Pis t’aimais ça. Dans le fond, j’aimais ça moi aussi. Toutes les p’tites émotions de bonheure que tu me faisais (et que tu me fais encore) vivent. Tu finissait toujours par revenir vers moi quand avec l’autre sa marchais pas. J’étais encore là, prête pour toi. Pis t’aimais ça. Un peu trop.

Mais là ça fais deux fois. Deux fois que tu part, que tu voudrais que je deccroche de toi (mais pas trop). Parce que encore aujourd’hui, même si ça m’a l’aire plus sérieux avec cette nouvelle brunette, je te vois me regarder au loin, me lancer des regards, venir au endroit où je suis parce que tu sais très bien que je suis là, me donner t’es becs et me prendre la hanche subtilement. Pis j’aime ça. J’aime ça voir que tu tien encore un peu à moi. Que peut-être toi aussi tu pense à moi des fois (je me trompe peut-être aussi.) mais je le vois que je suis un petit peu différente des autres. 

Un jour on vas peut être mettre nos cullotes et essayer quelque chose. Aller plus loin que seulement ce toucher. Mais pour l’instant on vas continuer à ce regarder de loin, parce qu’on aime ça. 

Je lance une avis de recherche. 

  
  Mais où te caches-tu toi cher garçons qui vas réussir à faire briller mes yeux? Celui qui va me donner des papillons dans l’estomac juste en pensant à toi. Celui que je vais m’ennuyer à la minute tu vas franchir la porte de chez moi pour partir selon moi loin même si c’est seulement pour aller travailler. Tu es passé ou toi homme confiant et fort qui vas me rassurer à la minute que tes bras vont m’entourer? J’ai besoin de toi qui vas savoir me remettre à ma place dans mes moments de crisette de princesse, comme que j’ai besoin de ton support pour quand je vais avoir le cœur gros. J’ai besoin d’une présence réconfortante. Tu’n’es pas obligé de rien dire, fais seulement être là et je vais être satisfaite. J’un peux chialeuse pis oui j’aime ça être avec mon homme. Mais si tu me demandes des soirées avec tes boys je te promets que je ne dirai rien. Toi mon futur amour que je ne connais pas encore, je te demande d’être patient avec moi parce que oui je fais partie des filles un peux compliquer à qui les histoires d’amour se font peur. Je te promets de te laisser ta chance. Dans le fond je te demande d’être toi, Parce que même si je te connais pas encore je prévois de tomber en amour avec ce que tu es toi, parce que ton petit toi simple c’est ça qui va me rendre heureuse. Pis tsay dans le fond je ne demande rien de compliquer. Je veux pas de ses relations fake d’instagram. Moi je veux notre tit monde à nous.

 J’tanné des soirées dans les bars où je reviens bredouille. J’tanné des fuckboy qui vend le rêve. Je veux pu de ça. Je sais pas si c’est le froid qui commence de plus en plus à se faire ressentir fack mon cœur me lance une alerte qu’il est temps que je te trouve pour qu’on aille se cacher en dessous des couvertes au chaud. Ou que c’est juste moi qui suis rendu à un autre étape de ma vie. Mais là je pense à mettre un avis de recherche sur les cartons de lait marquer recherche MON prince charmant. Fack à toi mon futur je te lance une invitation, si pour toi tu’es prêt à combler le cœur d’un tite fille fais-moi signe.

À ce qu’on dit.

  Je regarde l’eau perler sur ma fenêtre en cette petit journée triste d’octobre, j’comtemple les mots défiler  dans ma tête mais qui en reste prisonnier. J’vois ça comme un gros tourbillons d’émotions et de questions tout pogner dans un gros moton qui cherche juste ça à sortir de là. Mais qui sait pas comment faire. On s’remet  en question, on ce demande ce qu’on veux pis si notre vie nous satisfait pleinement. On ce demande si toute la douleur accumuler sur nos épaules en vos la peines. Parce que trop souvent on ferme les yeux et on ce dit que cava aller mieux. Bin j’ai une nouvelle pour toi ma p’tite, la vie sa marche pas comme ça. 

Ouais t’es cette petite fille sage là, qui a le goût de vivre et d’aimer pour vrai. Si tu avais pu vive dans l’temps des chevals blanc et des princesses, toi t’aurais été heureuse à s’te moment là. Tu veux quelque chose de simple et de romantique. Tu veux être comme toute c’est couplegoals sur Instagram et Facebook. Tu veux te coucher et te réveiller dans les bras de ton homme. Tu rêve d’une vie simple. Comme celle qu’on d’écris dans les plus beau textes. Ceux qui font croire que t’es prête pis que c’est ça que tu veux. Tu a souvent perdu le contrôle. Tu t’es laisser croire que ste fois la cava être différents. Il te dit ne pas vouloir te blesser mais toi au fond tu vie de douleur. Parce qu’au fond de toi tu sais qui ne faut pas croire ses mensonges. Parce qu’il y a eu un autre avant lui qui n’a pas tenu ses promesses. Fack aujourd’hui t’a laisser derrière toi ton but d’avoir un couplegoals. Ta pu envie de rien savoir de l’amour, tu essaie de te convaincre que c’est pas pour toi. Que t’en à pas besoin.

S’tu normale à 20ans êtres autant décourager de l’amour? Que déjà à 20ans tu veux renoncer à cette chose si merveilleuse qui apporte du bonheur? Je crois pas mais j’fais partie de celle qui on beaucoup de misère à y croire quand même. 

L’amour est la seul chose gratuite qui peux nous rendre pleinement heureux. À ce qu’on dit. 

Quand j’aurai compris ça. 

  

Apprendre à être seul avec sois-même, ce rendre conte qu’on a besoin que de notre volonté à nous pour avancer. Qu’on a pu besoin de notre compte tinder pour combler notre tit vide. Comprendre qui  fait pas avoir peur de la solitude qu’au lieux de ça faut la prendre pour nous, pour nous retrouver.  On passe notre vie à attendre le bon, à swiper sur tinder, à nous mettre à notre 210% quand on sort au cas qu’on rencontrais le bon. On ce pose un milieu de question sur des rencontre qui valle rien. 

Pourquoi pas laisser l’temps faire les choses. Pourquoi pas se laisser aller, être selfish un peux pis penser juste à nous. Messemble sa frais du bien d’arrêter de dépendre de l’amour. Parce que dans le fond c’est ça qu’on fait, on forme une sorte de dépendance à l’amour, on devien pu capable de s’en passer, pis quand on en a pu on vire dépressif. S’tu ça la vie? Avoir besoin de dépendre d’une autre personne de la sorte, juste parce qu’on est pas capable d’être seul avec nous même? 

Dans l’fond on est comme ça on cherche, on cherche, on cherche encore, pis là on trouve. Mais on ce rend conte que ce n’est pas dutout ce qu’on pensait. Fack après un tit boute on part, on ce dit qui a mieux ailleurs. Pis la on retourne sur tinder, on swip, encore et encore. On sort, on ce met sur notre meilleurs. Pour impressionner qui? Bin voyons LA personne qu’on vas PEUT-ÊTRE rencontrer pis qui vas nous faire sentir moins seul. Pis la on recommence on s’attache, on comble le vide, on ce sent bien, pis là le temps passe, mais finalement, au bout de la ligne, t’es pas plus heureuse.

Temps et aussi longtemps qu’on ne vas pas d’avoir compris nous même, qu’on auras pas fait un stop à notre vie pour nous demander ce qu’on veux vraiment. On pourras jamais être heureux. Parce que temps que n’est pas bien avec nous meme on le seras jamais avec quelqu’un d’autre, et ce n’est surment pas l’autre personne “en comblant ton vide” qui vas t’aider à te comprendre. 

Le p’tit peu de courage qui reste. 

  Par boute je me demande ou c’que je suis rendu. J’me demande où la bonne vieille moi est rendu. Celle qui était capable de ce résonner pis de revenir sur terre quand ma petite tête s’emballait. Celle qui ce foutais un peux de toute, qui s’en fesait pas pour un rien. La vie est remplie de stress pis de question. On s’en fait pour des conneries. On a peur de pas plaire ou ce faire juger. On a peur du rejet, tsé ce faire dire le fameux “je crois que nous deux ça me pourais pas fonctionner”. Fack à plaçe de foncer et d’aller vers ce qu’on désir vraiment. Au lieux d’avancer un pied devant l’autre bin on avance mais de recullon. On a peur de faire face à notre vie. On dédramatise et ce dit que peut être demain cava être mieux. Pis bin les jours avance, avance pis y’avance encore mais pourtant y’a rien qui change. Tu te sent pas plus forte ou moin triste. Tu te rend conte que ta pas plus ce que tu veux, que le gars que tu trouve bin cute est rendu avec un autre fille. Tout ça parce que toi t’a eux peur de te faire virer de bord en lui disant ce que tu ressentais vraiment. Mais dans le fond s’te fille la, celle avec qui il est en moment, bin sa pourais être toi.

Souvent j’ai des bouffés de force, tout d’un coup je me met à avoir du courage. Je me dit que je vais prendre ma vie entre mes mains et foncer de l’avant mais cette fois si s’en regarder de l’arrière. Je de vien un peux comme super woman, c’est genre moi contre le reste du monde, ah pis je me sent forte. Je me dit que la vie est belle et qui faut que j’en profite, que je fonce. Pis la je frappe un mur. Je de vien décourager. Des fois j’me sent tellement niaiseuse d’y avoir cru. Même si je le sais qui faut pas ses plus fort que moi. J’me dit que j’aurais dû prendre mon trou comme toute les autres fois comme ça je serais pas déçu, encore. Je suis sur que tout le monde sait très bien de quoi je parle quand je  parle de cette boufer de courage pis qu’au bout de la ligne on fini par être déçu. 

La vie est faites de haut et de bas. Chacun son là pour nous apprendre quelque chose pour qu’on devienne une personne meilleures. Nous devons apprendre à ecouter les petites signe de la vie. Nous devons apprendre à faire confiance en la vie. Ce que nous fessons rarement car nous nous décourageons au moindre petits problèmes. Il faut apprendre à laisser les choses qui nous fond du mal derrière nous, parce que tu le sais comme moi, partir un nouveau départ avec des penser négative normalement ça commence pas trop bien quelque chose. Alors fonce, oublie les erreurs et la tristesse de ton passer. Faut apprendre à nous faire confiance et que quand qu’on veux quelque chose, faut foncer pour atteindre notre but parce que ce n’est plus ce qu’on veux regretter de ne pas avoir été parler à ce garçons qui nous plait car maintenant il est pris et notre chance est passé. 

À toi, la personne qui me comprend, dit toi que nous sommes pas seul à se sentir ainsi.

L’idéal

  “J’ai envie de ne pas toujours être invitée dans tes soirées et j’ai envie de ne pas toujours t’inviter dans les miennes. Tout ça pour pouvoir te le raconter et t’entendre me raconter tes soirées le lendemain.

J’ai envie de quelque chose qui sera à la fois simple et à la fois pas si simple. Quelque chose qui fera en sorte que je me poserai souvent des questions, mais que la minute où je serai dans la même pièce que toi, je saurai.J’veux que tu gardes ton envie de flirter avec les autres filles, mais que tu reviennes vers moi pour terminer ta soirée. Parce que moi, j’aurai envie de retourner avec toi.”

Ouais c’est d’une vie comme ça que j’ai envie. Avec toi. Même si parfois j’ai bin de la misère à deeler avec ton indépendance c’est quand même ce que je veux. Je veux me sentir libre mais savoir que je peux conter sur quelqu’un. J’veux sentir que quand je suis prêt de toi t’es bien, pis qu’ya juste moi. Pis que quand je suis loin de toi tu pense à moi mais ta pas besoin de m’écrire à tout les deux secondes. J’aime que tu me dise après une soirée avec tes chums que ta envie de me voir. Je trouve ça cute! Pis quand ta envie d’aller rejoindre tes amis tu te gêne pas de me le dire. J’aime ça parce que sa fais en sorte qu’on garde notre vie chacun de notre bord et qu’on peux s’ennuyer. Ouais, c’est d’une vie comme ça que j’ai envie.